Paul-Henri GRAUWIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paul-Henri GRAUWIN

Message  Bataillon BIGEARD le Ven 6 Jan - 13:44

Paul-Henri Grauwin (1914-1989), dit « le toubib », médecin-commandant qui s'est illustré à la bataille de Điện Biên Phủ durant la guerre d'Indochine.

À peine sorti de la Faculté de médecine, son diplôme de chirurgien en poche, dès 1942, il entre dans le réseau de résistance Sylvestre et crée la première antenne chirurgicale dans l'Hospice de Templeuve. Participant aux combats de la libération de cette ville, il recevra en trois jours une centaine de blessés FFI et Alliés. Il opérera sans arrêt.

La poche de Dunkerque, la campagne d'Allemagne puis l'engagement pour l'Indochine, c'est le parcours militaire du médecin Paul-Henri Grauwin dont les actions héroïques donneront lieu à neuf citations à l'ordre de l'Armée et à l'ordre de la division.

Prisonnier des Việt Minh à Diên-Biên-Phu, après les cinquante-sept jours d'enfer pendant lesquels il opéra nuit et jour, plus de quatre-milles blessés, il sera encore un soutien inlassable pour ses camarades d'infortune en veillant à leur évacuation sur Hanoï.

Libéré de ces lieux de la mort par un ennemi qui l'admirait (il soignait indifféremment l'ami ou l'adversaire), il fut nommé Chef des services chirurgicaux du Cap Saint-Jacques, puis revint à la vie civile en 1956 après avoir dû céder au Viêt-Minh les hôpitaux où il exerçait et vu le sort réservé aux réfugiés du Tonkin. L'Asie l'avait marqué à jamais. Il ne l'abandonnera pas. En 1960, il devient l'associé du Dr. Maurice BESSIERE qui avait fondé une clinique privée à Phnom-Penh en 1948. En avril 1975, il sera le dernier Français à partir, alors que les Khmers rouges sont déjà entrés dans la ville.

Il revient en France et se présente au Ministère des Anciens Combattants et est recruté comme Médecin-sur-Expert au Centre Réforme de Paris. Parallèlement, il continue son œuvre en Asie car il ne peut oublier ses amis du Vietnam, du Cambodge. Il parcourt les camps de réfugiés en Thaïlande. Au péril de sa vie, il franchit la frontière cambodgienne pour procurer des soins et amène de France, du matériel médical introuvable là-bas. Il adopte deux enfants.

À Paris, ses samedis et dimanches sont pour ses amis d'Asie et leurs enfants, qu'il conseille, aide dans le poursuite de leurs études et prend une part active dans la dénonciation du génocide cambodge. Peu de temps avant son décès, il apprenait le commencement de la désagrégation communiste.






avatar
Bataillon BIGEARD

Messages : 955
Date d'inscription : 18/07/2011
Localisation : Sud de la France

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum