Colonel Jean Sassi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Colonel Jean Sassi

Message  TONKINOIS le Mar 27 Déc - 22:08



Jean Henri Sassi (11 juin 1917 à Tunis - 9 janvier 2009 à Eaubonne)

Colonel de l'armée française, figure des Forces spéciales durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre d'Indochine

Sassi sert pendant la guerre d'Indochine. Il s'embarque à bord l'Athos II le 10 août 1953. Sur les hauts plateaux laotiens transformés en maquis, au sein du GCMA (groupement de commandos mixtes aéroportés) puis du GMI (groupement mixte d'interventions) dirigés par le colonel Roger Trinquier, il participe à ce que l'on appelle alors une « guerre non conventionnelle », faite de sabotages et d'actions ciblées contre les indépendantistes du Vietminh. Basé à Xieng Kouang, le capitaine Sassi a en charge plusieurs maquis tenus par des sous-officiers.

Il recrute plusieurs maquis au sein du peuple montagnard des Hmongs qui combattent le vietminh par des embuscades et des coups de main sur ses arrières. Son fait d'armes le plus éclatant a lieu en 1954 : contre l’avis de l’état-major et des politiciens, il mobilise 2 000 combattants Hmongs et lance l'opération D (pour Desperado), dont l'objectif est de soutenir les soldats français postés à Dien Bien Phu. L'unité arrive au lendemain de la chute du camp retranché le 8 mai 1954, et l'opération se transforme en mission de sauvetage : environ deux cents combattants français auraient ainsi été exfiltrés à travers la jungle[2]. Avant de quitter les hauts-plateaux du Tranninh et malgré les restrictions de la Commission Internationale, Sassi laisse un armement important aux mains des Hmongs, armes qui leur serviront lorsqu'ils combattront le Vietcong.

Hélie de Saint-Marc évoquait ainsi Jean Sassi[4] : « Le colonel Sassi, une haute et noble figure de notre génération de Soldats, sait mieux que quiconque ce que furent nos aventures et nos drames ».

Sources : Wikipédia

_________________
Pour ceux qu'une mort glorieuse a couché, sans linceul autre que l'oubli, dans la terre froide : c'eût été manquer à la piété
Pour d'autres qui ont survécu..c'eût été manquer à la reconnaissance
(Georges KIMPFLIN)

"L'incertitude marque notre époque...L'ordre militaire est attaqué dans sa racine...
Si donc ceux qui manient la force française venaient à se décourager,
il n'y aurait pas seulement péril pour la patrie mais bien rupture de l'harmonie générale."
Le fil de l'épée - Charles de Gaulle
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bien faire et laisser dire
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Période : 1ère G.M ; Mai 1940 (3ème DLM); Indochine;Algérie
avatar
TONKINOIS

Messages : 1475
Date d'inscription : 17/07/2011
Age : 43
Localisation : Tantôt ici, tantôt là! Jamais au même endroit

http://www.mofo-fdc.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum